Attentive à l’inconnu, Émilie Allard élabore des ensembles à partir d’une variété d’informations, de matériaux et d’objets rencontrés dans son environnement. Comportant une parenté formelle ou liés par la pensée, les éléments se destinent les uns aux autres à la manière d’un champ lexical. Ils entretiennent une communauté symbolique ou une homonymie visuelle et leur structure se dégage de l’abondance des possibilités de laquelle leur corps a dû émerger. Leur apparence et leur expression distillées témoignent d’une résistance, par synthèse et par choix, à ce à quoi ils appartiennent néanmoins : une profusion confuse servie par la production de masse, les excès de toutes sortes auxquels cette dernière convie et l’étourderie sociale induite par les médias sociaux.
Allard s’intéresse aux objets, aux images, au langage et à l’écriture par le prisme du lien, de la limite, de l’usage, de la psyché et de la surenchère, celle-ci servie à notre époque par les technologies et la virtualité. Des extraits de ces réflexions s’activent dans l’espace, oscillant entre possibilités limitées de la matière et charge signifiante des objets. Le vertige, la sculpture, l’écriture, la photographie et le dessin sont ses outils de travail.
Artiste multidisciplinaire et poète, Émilie Allard est diplômée du programme de design graphique de l’Université du Québec à Montréal (2015) et candidate au MFA Sculpture and Ceramics de l’Université Concordia (2023). Son travail collaboratif et individuel a été présenté à plusieurs occasions, au Festival international de littérature, à Tangente, à Arsenal art contemporain, à la galerie Espace Projet et à la Maison de la culture du Plateau, entre autres. Son travail écrit a été sélectionné au concours de poésie de Radio-Canada en 2018 et un recueil est paru aux éditions du Lézard amoureux à l’automne 2021.

dralla.e.allard[at]gmail.com