Attentive à l'inconnu, Émilie Allard crée des ensembles à partir d'une variété d'informations issues de son environnement. Par parenté formelle ou liés par la pensée, elle les assemble en fratrie visuelle. Il en émerge une douceur crue faisant le pont entre destruction et construction. Le travail d'Allard est électrisé par l'absence de certitude à laquelle l'humanité est confrontée. 
Allard regarde à travers le prisme du lien, de la limite et de l'expérience subtile et continue des mutations de la perception. Ce faisant, elle puise de l'inspiration dans les discours psychanalytique et philosophique et des voix féminines telles que celles d'Annie Ernaux, de Louise Glück ou d’Anne Carson. Ce qui se retrouve dans l'espace oscille entre possibilités limitées de la matière et charge signifiante des objets. Vertige, sculpture, mots, photographie et dessin sont ses outils de travail.
Artiste et poète, Émilie Allard détient un baccalauréat en design graphique de l'Université du Québec à Montréal (2015) et est candidate à la maîtrise en sculpture de l’Université Concordia (2023). En plus de sa pratique individuelle, elle a collaboré avec des chorégraphes pour créer des projections vidéo et a fait partie d'un collectif multidisciplinaire. Son travail individuel et collectif a été présenté à plusieurs reprises, notamment au Festival international de littérature, à Tangente, à Arsenal art contemporain, à Espace Projet et à la Maison de la culture du Plateau. Comme poète, elle a été sélectionnée au concours de poésie 2018 de Radio-Canada et elle a publié Carbone scopique au Lézard amoureux en 2021.
dralla.e.allard[at]gmail.com